Croc-Blanc

Publié le par Aude

Nous venons quémander un brin d'intérêt 
De la part de ce loup arrivé jusqu'au bout 
D'une vie trop lente, d'une trop longue attente. 

Apprendre à le connaître, enclos dans quelques mètres, 
Apprendre à mieux l'aimer, dans sa captivité, 
Voilà le bénéfice d'un si grand sacrifice. 

Au grand bal de la vie, l'herbe, la terre, la pluie, 
L'ours, le renard, la pie, se sont tous réunis. 
Mais le loup blanc assis, voit sa vie qui s'enfuit, 
Car le temps s'écoulant, le bal se donne sans lui. 

Comme ça doit être long, de toujours tourner rond, 
De voir les mêmes visages collés au grillage. 
Nourri, soigné, logé, privé de liberté, 
Comme ça doit être long, 15 ans de prison.


croc-blanc.jpg

Publié dans Condition animale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

smile 20/01/2008 15:54

Je ne te connaissais pas ce talent de poete, mais il ne m'etonne pas :)ton poeme me touche et ton commentaire d'autan plus.

Aude 21/01/2008 20:13

Merci Smile. Je me sens poètesse quand je suis énervée ou triste. Faut croire que je ne suis pas souvent triste ou en colère car ma production de poèmes est au conte goutte. Ce poème est vraiment né d'un sentiment de colère et d'impuissance.

marie-lee 26/09/2007 00:19

Très émouvant le poème et si vrai,  mais s'il n' y avait que les loups en cage...

Aude 04/01/2008 11:27

Il y a quelques années je suis allée voir un monsieur qui avait des loups chez lui. Ils disait que c'était pour les protéger et véhiculer une bonne image du loup. Les loups étaient dans des enclos si piteux que ça m'a dégoutée. J'ai compris qu'il s'agissait plus de l'orgueil de ce monsieur que du véritable amour des loups. J'ai écrit ce poème dans le train du retour